ISRA recrute un Spécialiste en sciences sociales

ISRA recrute un Spécialiste en sciences sociales en contrat de stage.

Contexte

Le Sénégal dispose d’un important potentiel en ressources minières localisées principalement dans deux régions géologiques à l’ouest et au sud-est. Dans la région de Thiès, zone des Niayes et du bassin arachidier occidental, le bassin sédimentaire recèle des gisements de phosphates, de calcaires industriels, de zircon et de divers matériaux de construction. Des gisements de phosphates ont été également découverts dans la région de Matam au nord-est du bassin sédimentaire. Dans le sud-est, au Sénégal oriental, les ressources minières sont contenues dans les roches précambriennes et portent sur l’or, le fer, le marbre, etc.

La zone des Niayes correspond à la frange côtière du pays qui s’étend de Dakar à Saint-Louis sur une longueur de près de 180 km avec une largeur variant de 5 à 30 km (Fall et al. 2001). De par les potentialités de ses sols, son climat tropical atténué par les alizés maritimes et l’existence de ressources hydriques conséquentes et à faible profondeur, c’est une zone agricole importante, concentrant la majorité de la production horticole du Sénégal (Fare et al. 2017). Le sous-sol offre une grande diversité de substances minérales comprenant des minéraux industriels (phosphates, calcaires industriels, barytine, etc.), des minéraux lourds (zircon, titane), des pierres ornementales et des matériaux de construction (cimenteries, etc.) (CEDEAO, 2010 ; Fall et Fall, 2001).

Les territoires agricoles de la zone des Niayes sont menacés par l’émergence de plusieurs dynamiques. Il s’agit entre autres des activités minières et de l’essor d’unités de production agricole et de transformation capitalistes, fortement soutenues par les politiques publiques. Ces dynamiques questionnent l’avenir de l’agriculture familiale de la zone (Bosc et Losch, 2002 ; FAO, 2017) au moment où la baisse du niveau de la nappe et sa salinisation progressive, suite aux sécheresses et à une augmentation de son utilisation, menacent toute la production maraîchère (Fall et Fall, 2001). Dans la zone, on observe une tension entre les différentes occupations des sols (agricoles, industrielles, infrastructures ou résidentielles). Ainsi, compte tenu des enjeux de la production agricole dans la zone, il s’avère important de porter un regard analytique sur l’impact des activités minières sur les exploitations familiales, notamment dans la zone Méouane où des conflits opposent fréquemment les entreprises d’extraction minières aux communautés locales.

L’impact des investissements dans le secteur minier soulève de multiples questionnements en termes de modèle de développement agricole, de cohésion sociale, de sécurité alimentaire ou encore de menaces environnementales, qui intéressent l’Observatoire National de la Gouvernance Foncière (ONGF) dont l’objectif est de suivre les dynamiques d’évolutions de terres agricoles et accompagner les communautés locales à mieux gérer/préserver leur patrimoine foncier. Cette plateforme, au sein de laquelle s’inscrit ce travail, vise également à contribuer à promouvoir une prise de décision inclusive et éclairée sur l’exploitation des terres au Sénégal.

Dans ce contexte, il est important de mieux comprendre les implications de l’installation progressive des sociétés minières sur de grandes superficies sur les exploitations familiales. Les résultats de ces travaux devraient servir à alimenter les réflexions en cours sur la question dans le cadre du processus de réforme globale du foncier.

Objectifs

L’objectif principal de cette étude sera d’identifier et de caractériser, en partant d’une large revue documentaire, les dynamiques liées aux investissements miniers dans la zone des Niayes et d’analyser les impacts induits sur les exploitations agricoles familiales et la sécurisation foncière, notamment dans l’arrondissement de Méouanes (département de Tivaouane).

Il s’agira de manière plus spécifique de :

  • identifier, cartographier et caractériser les grandes sociétés minières présentes au Sénégal, particulièrement dans la zone des Niayes;
  • décrire et faire une analyse des dynamiques territoriales de la zone des Niayes, notamment dans la zone de Méouane;
  • analyser les dynamiques foncières induites par la présence des sociétés minières et leur insertion territoriale dans la zone de Méouane (mode d’accès à la terre, type de droits, concertation/négociation, contrepartie,
  • indemnisation, conflits, politique de RSE, pris en charge des Directives volontaires, etc.) ;
  • analyser les perceptions de l’impact des sociétés minières sur l’évolution du territoire, sur les conditions de vie des communautés locales et d’existence des exploitations familiales, notamment au niveau des villages riverains ;

Méthodologie

Les principales méthodes qui vont être appliquées dans le cadre de cette étude sont les suivantes :

Revue de la littérature sur les dynamiques d’investissements miniers au Sénégal, particulièrement dans la zone des Niayes (Base de données ATGE ONGF, ITIE Sénégal, https://minesgeologie.sec.gouv.sn/node/74 etc.) ;

  • Analyse du cadre juridique économique et politique qui encadre l’investissement dans le secteur minier ;
  • Entretiens avec les autorités, services et agences de promotion de l’investissement au Sénégal ;
  • Enquêtes auprès les collectivités territoriales, les autorités administratives, les communautés riveraines et les investisseurs privés sur les incidences liés à l’installation des entreprises minières dans les Niayes, notamment sur les implications liées au foncier (les superficies concernées, les usages et usagers avant l’installation entreprises, les indemnisations, etc.), la production agricole, les impacts positifs et négatifs (emplois, revenus, sécurité alimentaire, protection de l’environnement, cohabitation, attentes, préoccupations, conflits, etc.) ; etc.
  • Appuyer à l’intégration des indicateurs RSE et des Directives volontaires dans la grille d’analyse des enquêtes approfondies.

Description du poste

  • L’Institut Sénégalais de Recherches Agricoles (ISRA) recrute pour le compte du Bureau d’Analyses Macro-Economiques (BAME) de Dakar, un spécialiste en sciences sociales en contrat de stage pour une durée de cinq (5) mois.

Thématique

Le stagiaire travaillera sur la thématique portant sur l’Identification, la caractérisation et l’analyse des impacts des investissements miniers dans la zone des Niayes.

Diplôme requis

Peuvent faire acte de candidature les titulaires d’un Master 2 (bac+5) en sciences sociales (Géographie, Sociologie, Economie rurales, etc.) ;

Compétences liées au poste

  • Avoir un intérêt pour les problématiques liées à la gouvernance foncière et l’exploitation minière.
  • Avoir des connaissances en géomatique serait un grand atout.

Composition du dossier de candidature

  • Le dossier de candidature doit comporter les pièces suivantes :
  • Une lettre de motivation adressée au Directeur Général de l’ISRA ;
  • Une copie de la carte nationale d’identité ou passeport (en cours de validité) ;
  • Les copies certifiées des diplômes ;
  • Un curriculum vitae (2 pages maximum) avec des références professionnelles ;

Dépôt de candidature

Les dossiers de candidatures doivent être envoyés au plus tard le 29 Novembre 2021 à 17 heures avec la mention « thématique portant sur l’Identification, la caractérisation et l’analyse des impacts des investissements miniers dans la zone des Niayes » par courriel à candidatures@isra.sn

Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement toutes les offres d'emplois, chaque jour

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous pour recevoir gratuitement par email toutes les offres d’emplois et de stages disponibles par jour